• Noir Icône Instagram
  • Julie veut bienveiller

Faire durer son allaitement



Comment faire ?

Partir du bon pied.

Pendant la grossesse, surtout pour une première, le mieux est de se renseigner pour se faire une idée de ce qu’est l’allaitement, et éviter les surprises. Par exemple, dans les livres de grossesse il y a des parties exclusivement consacrées à l’allaitement du nourrisson. Peu évoquent l’allaitement long, j’en conviens. Tout de même, de nombreuses questions sont soulevées et des réponses concrètes peuvent être apportées.

Quand est-ce que se passe la montée de lait ? Comment se manifeste-t-elle ? ...

Se familiariser avec les mots: tire lait , crevasses, coquillages, frein de langue, etc.


Bien sûr, vous avez aussi la possibilité d’écouter untel ou untel, mais chacun a sa propre expérience avec son propre enfant, et il faut bien préciser que chaque allaitement est unique, et variera selon l'enfant et la mère.


Pour ma part, comme je l’ai déjà précisé dans un précédent article, les débuts n’ont pas été faciles. Il y a des choses que j’aurais voulu / apprécié connaitre, même si elles tombent sous le sens désormais : pouvoir me dire que ça ne marche pas toujours comme on le voudrait ; que c’est tant pis si la réalité ne se passe pas comme je l’avais imaginée ; ou encore que les coquillages d’allaitement sont plus efficaces que les crèmes... À propos, j’ai pris les coquillages de Bébé nacre, elles m’ont fait un bien fou (non, je ne fais pas du placement de produit, je partage juste avec vous un super bon plan allaitement !).


Tous les petits tuyaux et informations utiles, je les ai eus par une consultante lactation, principalement. C’est lors d’une consultation avec cette spécialiste que j’ai pu :

-poser mes questions

-faire part de mes appréhensions

-démystifier les idées reçues

-prendre confiance en moi, mes décisions, mes positions, mes seins !


Malgré tout, il reste des questions que l’on n’ose pas toujours poser, qui nous restent dans la tête, et qui peuvent gêner l’allaitement aussi bien au début que sur le long terme.

Que faire si mon enfant me mord ? Et si on me demandait de me cacher pour le nourrir ? Et si je n'aimais allaiter ? Et si au contraire jamais trop ça ? J'avais lu sur un forum (Attention, on y lit pleins de bêtises aussi !) le commentaire d’une maman qui témoignait prendre du plaisir pendant que son enfant tétait. J'avais peur d'entretenir ce type de relation avec ma fille.


Qu’on ne se le cache pas, ce n’est pas de tout repos de poursuivre un allaitement. Il y a eu des moments difficiles, où j’ai eu envie d’arrêter, où je n’avais pas envie de donner de mon corps, où j’avais envie de consommer autant d’alcool que les autres copines en soirée.

Je crois qu’il faut absolument prendre plaisir à continuer d’allaiter, autrement ce n’est pas la peine. Pour cela, avec T. nous avons fait évoluer l’allaitement, parfois inconsciemment, mais aussi intuitivement. Nous avons adapté l’allaitement à ses besoins, mais également aux miens. Par exemple, elle a commencé, en grandissant, à sortir le sein de mon soutien-gorge pour se servir seule. Dans le fond, qu’elle se serve seule, c’était super. Mais que mon sein soit exhibé sans que je m’y attente, et surtout sans mon consentement, ça l’était moins. Et j’avais beaucoup de mal avec ça, au point de penser à arrêter de la nourrir au sein. Bien sûr je le lui ai expliqué, et lui ai demandé de réclamer du lait, en lui apprenant le geste. C’est vrai, ça ne paye pas de mine, mais signer a permis que douce T. et moi nous comprenions.


Et Super Papa dans tout ça ?

Il y a les papas pro allaitement.

Il y a ceux qui sont d'accord, mais jusqu'à un certain âge: "dès que le p'tit a 10 mois, tu arrêtes de l’allaiter et je récupère les seins !"

Il y a ceux qui ne veulent même pas entendre parler d’allaitement, de cododo, de partager la femme devenue mère.

Dans tous les cas, il « suffit » (loin de moi l’envie de donner l’impression que cela est simple) de discuter des envies de chacun, d’exposer ses arguments, et de trouver un terrain d’entente. En général, les papas veulent ce qu’il y a de mieux pour leur compagne et pour leur enfant. Certains feront des concessions, d’autres n’en auront même pas besoin. L’essentiel est que chacun s’écoute et se respecte.


En résumé : votre bébé/bambin a toujours besoin de votre lait maternel et vous avez l'envie de poursuivre l'aventure lactée avec lui ? Faites-vous plaisir à tous les deux, donnez-vous matière à continuer à fortifier embellir ce lien si précieux.


Jusqu'à quand allaiter?

L’idéal pour bébé est le sevrage naturel, car non induit. C’est un sevrage qui se fait en douceur, quand il se sent prêt (et maman aussi !). Selon la Leache Ligue, cela vient entre les deux ans et demi et sept ans.

Souvent, on m’a posé la question de savoir jusqu’à quand j’allaiterai douce T. Je trouve cette question si vide de sens : cela dépend tellement de la relation que l’on entretient avec son enfant, et de tout ce qui peut intervenir dans nos vies !

Effectivement, l’arrêt de l’allaitement peut se prévoir, ou s’induire, mais pas le sevrage naturel.


Alors chères mamans, faites comme vous avez envie, faites comme vous le sentez ! C’est votre corps, ce sont vos seins, c’est votre relation avec votre enfant.


Mes conseils :

-être à l'écoute de bébé: lui seul saura vous faire comprendre ses besoins en matière de tétées.

-n’écoutez pas les « on dit que », et encore moins les superstitions type « si tu allaites encore à son âge, tu vas l’empêcher de grandir ! ». Si, si, je vous jure, on me l’a sortie celle-là !

-entourez-vous de professionnels qui sauront répondre à vos questions, ou vous apaiser en cas d’inquiétudes : gynécologue, sage-femme, consultant(e) en lactation. Je recommande vivement ce dernier !

-armez-vous. Je n’aime pas trop l’utilisation du verbe « armer », mais il est ici très juste : la maman allaitante est souvent agressée par des commentaires désobligeants : « Quand est-ce que tu arrêtes ? » , « Ton lait n’est pas assez nourrissant », « Tu es sûre d’avoir assez de lait ? Tes seins sont si petits .... ». Pouvoir riposter n’est pas aisé, sinon lorsque l’on a une flopée d’arguments à dégainer !

-Renseignez-vous chaque fois que vous en avez la possibilité. Et comme me lire ne vous suffira probablement pas (ne vous arrêtez pas à un seul et unique avis, soyez ouverts !), voici un lien vers la Leache Ligue sur le sujet : Cliquez ici !

-Si votre enfant vous tripote l’autre sein et que cela vous agace : investissez dans un collier d’allaitement. La main de bébé sera [magiquement] attirée par le collier, et ça soulage ! Testé et approuvé !

-Côtoyez d’autres mamallaitantes, qui vivent elles aussi l’aventure lactée.

-N’ayez pas d’a priori sur les allaitements longs, que vous soyez pour ou contre. Essayez de ne pas être jugeant envers les mamans allaitant des bambins : probablement qu’elles en aient déjà vu des vertes et des pas mures, et essuyé pas mal de remarques désobligeantes.


Soyons bienveillants un peu !


Je ne sais pas jusqu’où nous mènera cet allaitement qui dure depuis maintenant 12 mois, mais douce T. ne semble pas vouloir en rester là. Moi non plus.


#Allaitementlong #Sevragenaturel

124 vues

POUR RECEVOIR LES INFOS, INSCRIVEZ-VOUS A MA MAILING LIST