top of page

Oups ! J’ai laissé mon enfant pleurer…



Toute envieuse de la façon dont s’endort facilement seule ma fille à la MAM, j’ai décidé d’imiter la façon de procéder pour la sieste d’aujourd’hui.


Habituellement, je l’endors au sein : elle profite du lait et du moment câlin. Souvent, je lui chante des berceuses. C’est même elle qui choisit la playlist : elle balaie la main l’air de dire « Next » pour me faire comprendre qu’il faut passer à une autre chanson !

Cet après-midi, j’ai testé le « je te pose dans le lit et je reste près de toi jusqu’à ce que tu t’endormes ».


Elle était d’accord.


Je l’ai bercée, lui ai tapoté les fesses, grattouillé la tête, ai poussé la chansonnette … rien n’y a fait !


Oui, mais …


À la MAM, elle a un petit lit qui ne lui laisse pas autant de liberté que chez nous (donc moins de roulades possible),

À la MAM, elle voit les autres enfants s’endormir en même temps qu’elle,

À la MAM, le rapport avec l’assistante maternelle est très différent que celui avec sa maman.


Elle m’a regardé l’air de dire « Mais maman, pourquoi tu changes nos habitudes ? C’est pas comme ça qu’on fait ! ». J’ai insisté, puis insisté encore.


Alors elle s’est mise à pleurer. Alors je me suis fâchée : « Mais à la MAM tu y arrives bien toute seule ! DORS ! »


Je suis partie, l’ayant laissée toute seule dans le grand lit, en espérant qu’elle se calme et qu’elle s’endorme.


Je descendais les escaliers en me disant : « Mais jamais elle ne s’endormira avec ce chagrin ». Je le savais, et pourtant j’ai fait le choix de continuer de descendre.


*SHAME ON ME*


Je me suis assise et me suis mise à sa place :

Si on me criait dessus pour m’ordonner de dormir, est-ce que je le ferai ? D’un sommeil paisible ?


Et là, elle m’a appelée de sa petite voix : « Mama », elle ne pleurait plus.


Je n’ai pas résisté plus longtemps, et suis allée la récupérée, et l'ai trouvée blottie contre la barrière de sécurité en haut de l’escalier.

Elle m’attendait.


J’espère qu’elle savait que je reviendrai la chercher. J’espère.


Je l’ai prise dans mes bras, l’ai bercée dans notre fauteuil d’allaitement, comme à notre habitude. Je l’ai rassurée, me suis excusée, lui ai expliqué que je voulais essayer une autre manière de dormir, et que comme ça ne fonctionne pas, on ne le ferait plus.


Elle s’est endormie dans mes bras en moins de 3 minutes.