• Noir Icône Instagram
  • Julie veut bienveiller

Bye MAM, Hello Mum

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous êtes déjà probablement au courant que depuis ce mois, nous avons retiré Théa de sa structure de garde.


La raison principale est financière : plus de 800 euros par mois, avec 177 euros d'aide ! Ouch ! On en parle des tarifs de folie pour faire garder son enfant de nos jours ? Avec Super Papa, on s'est dit que cet argent pourrait être utilisé autrement.


La seconde raison est que j'avais de plus en plus envie d'être avec elle la journée.

On pense très sérieusement à l'IEF (Instruction En Famille), alors on s'est dit que l'on pouvait déjà expérimenter, voir ce que ça donne, et se sentir avoir vraiment le choix au mois d'août prochain de préparer une rentrée scolaire ou non.

J'accompagne les working mum, et je suis persuadée qu'être mère qui travaille et mère qui s'occupe de son(ses) enfant(s) est compatible. J'entends bien le prouver.


Enfin, Théa n'avait plus du tout envie d'y aller. Un jour, elle m'a dit :

Ne me laisse pas ici

je m'en suis tellement voulu, et ça a été le déclic.

Oh, à la MAM, cela se passait relativement bien. Les assistantes maternelles étaient formidables, et avaient toute ma confiance. Je sais qu'on s'occupait bien de mon enfant, qu'il n'y avait pas de manque.

Le matin, son ass' mat' lui préparait quelque chose rien que pour elle, très spécifique, afin de lui donner envie (une surprise, ou une activité) afin que la séparation soit facilitée. J'appréciais énormément les efforts, qui ne semblaient pas en être, et étaient naturels.


Théa avait juste besoin d'autre chose, voilà tout. Alors on a écouté notre fille.


La rupture de contrat a été faite dans la foulée, et tada !

Nous voilà ensemble ! Tantôt à la maison, tantôt en sortie.

J'ai l'impression de mieux répondre à ses besoins désormais.

Elle se réveille quand c'est le moment pour elle, et pas selon ce que dicte le réveil.

Elle mange quand elle a faim, et pas à des horaires précis.

On choisit des activités selon nos humeurs, pas selon un planning.


J'adore pouvoir faire ce "tout personnalisé".


ça, c'est dans un premier temps, cette phase de retrouvailles pour laquelle j'ai envie qu'elle se sente vraiment bien à la maison et qu'elle ne se mette pas à regretter la MAM.


Dans un second temps, qui n'est pas encore arrivé mais qui ne saurait tarder, arrivera mon propre besoin de structurer tout cela, afin que mes activités professionnelles soient compatibles avec ce changement soudain de mode de garde.


J'introduirai un routine progressive, qui la respecte, et me respecte.


En attendant de vous la livrer, je vous laisse sur cette image qui reflète nos réveils bien plus "slow" qu'il y a de ça quelques semaines :



POUR RECEVOIR LES INFOS, INSCRIVEZ-VOUS A MA MAILING LIST